The Pool, une histoire (fr)

Imagines-toi, tu es en vacances dans un pays loin lointain, au pied d’une montagne, au bord d’un village. Tu te promènes. Tout à coup tu vois une maison avec un portail. Une de ces portails entrouverts qui demande à ce que l’on épie ce qui se trouve à l’intérieur. Tu vois une oase de verdure magnifique. Tu ne sais plus résister à ta curiosité. Tu regardes rapidement autour de toi, penses que, puisque touriste évidente, on ne te chassera pas de sitôt et tu tente le coup. Tu franchis le portail à petit pas, un peu timidement, mais décidée. On dirait qu’il n’y ait personne donc tu continues avec plus d’assurance.

Dans ce jardin, entouré de murs en terre glaise, poussent des arbres merveilleuses, des buissons gracieuses et des fleures qui embaument. On y a crée des petits chemins et belles terrasses puis des coins abrités pour s’assoir tranquillement. Au bout du jardin, -quand tu penses avoir atteint le bout- se trouve un bassin en pierres naturelles. Il invite à la baignade par ses eaux vert-émeraude, dont le fond a un sol de mosaïques avec des fleurs exotiques. T’aurais presqu’envie d’y plonger.

Un fauteuil au bord de la piscine t’invite à t’assoir, ce que tu décides de faire un court instant, pour profiter de la beauté.

D’un coup tu remarques à quel point tout est silencieux. La beauté environnante te fait presque oublier, qu’il y règne un silence étourdissant. Il n’y a pas le gazouillement des oiseaux, ni le cricri des grillons. Mêmes les feuilles des arbres ne murmurent pas. Tu tends l’oreille, à la recherche d’un son connu, comme le bourdonnement rassurant des insectes. Tu entends ta respiration. Est-ce le frémissement des feuilles, non c’est bruissement de ton sang tans tes veines. Tu entends cogner ton cœur comme des coups de tambour. Tu te sens subitement envahi par la peur et tu veux partir, partir très vite. Voilà que tu marches, montes un escalier, traverse une terrasse, virage à gauche, puis virage à droite. Non, c’était virage à droite  puis virage à gauche. Cette terrasse tu l’avais déjà passée. La panique te gagne de plus en plus, car tu ne trouves pas la sortie.

Tu tente de rester calme et de réfléchir logiquement, tu n’y arrives pas bien sûr. Car personne n’y est jamais arrivé.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: